La Maison des gestes

Collection Peinture et parole


     zoom

La Maison des gestes

Alain BRETON
Odile COHEN-ABBAS

Poésie

ISBN : 9782912093738
122 pages - 15 x 21,5 cm
20 €


  • Présentation
  • Presse
  • Du même auteur

La Maison des gestes, est le deuxième livre, après Totem normand pour un soleil noir (2020) de Christophe Dauphin, de la nouvelle collection « Peinture et Parole » des Hommes sans Épaules éditions. Dialogue entre un poète, un peintre, un dessinateur ou un photographe.

Il existe un lieu, un domaine qui a trait au songe et à l’imaginaire, à la fin des temps comme aux origines, et où nos actes, nos pensées, nos gestes les plus triviaux se réalisent dans leur spiritualité.
Ce domaine que je visualise en courant ascensionnel fait de nous des êtres hybrides, en des distorsions angéliques, diaboliques, des semeurs de sens et de beauté virtuelle, à moitié détachés du socle terrestre.
Il suffit d’avoir nommé ce lieu, d’avoir entraperçu entre deux veilles, deux sommeils, deux phases d’esseulement, « La maison des gestes » pour qu’afflue tout un peuple de mots stellaires, de phrases, de représentations mutantes qui se tenaient dans les interstices du néant.

Lire Odile Cohen-Abbas relève de la surprise, du jubilatoire, du triste parfois, mais toujours avec de l’humour, de la dérision, de la révolte, de la colère aussi et le plus souvent de l’amour, du Merveilleux, du jamais vu et du jamais lu ailleurs.

Peut-être rapprocher onze heures minuit

sans les ligaturer

par la naissance des liens vertueux

les rapprocher comme deux lèvres

d’où sort le souffle humide

pour une meilleure confiance

dans un joint, une soudure de la nuit

comme deux heures d’où filtre un ajour de vie

mâle et femelle

serpent de pluie de feu

cillement sans consigne

dont on voudrait embrasser la tige

du rassemblement en son milieu

 

 

*

 

 

On suit la poussière, le Reste des onomatopées à la trace

le long du sang qu’elles perdent

déposées dans une ville muette

une salle déserte

Un chevalier à la lance garde

l’achèvement d’un cycle oral

Des boucliers d’hommes oiseaux

dressent la table

les plumes caressent les mains/gobelets

la bouche est amenée dans un coffret

 

 

Odile Cohen-Abbas

(in La Maison des gestes, Les Hommes sans Épaules éditions, 2021).

 


Lectures critiques :

Odile Cohen-Abbas nous entraîne une fois de plus dans un monde alternatif qui, au fil des mots, se fait de plus en plus réel, en approchant de l’imaginal d’où découlent nos réalités les plus quotidiennes, déformations denses des idées archétypales. C’est un retour à la source qu’elle inscrit dans la poésie, une élévation à la fois guerrière et tranquille :

 

Il y a vingt ans qu’il a éteint la lumière

une minute après, il y a cent ans

On pourrait croire qu’il a le pouvoir

de faire vieillir la lumière

Ce n’est pas cela

Il y a – les chiffres mentent –

cent ans et quelques années

qu’il a éteint la lumière

Mais la durée se décale sur l’ampoule noire

comme sur les draps

S’il se tient immobile il pourra faire le signe

aux serviteurs du langage d’apporter

le dire sur le temps et la luminosité

Il y a plusieurs fois cent ans qu’il a éteint la lumière

Plusieurs fois cent ans pour acquérir le pressentiment

de son lit aux draps auréolés.

 

Cette quête initiatique décalée, parfois à contre-sens pour mieux retrouver le sens de l’ascension, a pour véhicule le langage qui structure ou sert des visions, autant de tableaux qui ne se dessinent pas mais jaillissent soudainement dans un rythme apparemment chaotique. Comme en toute voie initiatique, c’est dans l’intervalle que nous pouvons nous extraire du chaos et se saisir de l’axe de l’être.

Les textes d’Odile Cohen-Abbas, particulièrement le superbe Cantique du Gilles, engloutiront sans regret quiconque manque de vigilance de l’esprit. Comme souvent, elle sait que la chair et l’esprit ne sont qu’un, dès lors le sexe devient art ascensionnel. Le geste est ainsi central, car nul ne peut tricher avec lui-même par le geste. Celui-ci est ajusté ou non, au monde comme à soi-même. Le geste « juste », au moment « juste », dans le lieu « juste », un précepte martial appliqué à l’écriture. La trace est comme le tranchant du sabre :

 

L’Evanith

 

– à chaque respiration son nom pénètre et reflue hors d’elle – pendule, lance sa nasse d’exhortations voisées sur la berge.

 

Du trigle, elle a la peau très rouge, des amoures, une jambe palmilobée qui s’arrête au genou.

 

Son placenta fut l’agent du néant.

Sa face et sa colonne épineuse exulcérées vers l’En-haut.

Elle veut extraire le Gilles de l’in-pace

et des vésanies médaillées de l’eau.

Elle lui réclame le nombre juste de ses organes,

la désinence de son membre et les plans de construction

nécessaire

pour fonder une tribu avec lui.

 

Nous ne pouvons qu’inviter à plonger dans la gaste forêt des mots d’Odile Cohen-Abbas. Il n’y a aucune garantie que vous en sortiez indemne, ou même que vous en sortiez tout simplement. C’est au centre, au cœur que se trouve l’unique sortie, verticale.

Rémi BOYER (in incoherism.wordpress.com, 16 septembre 2021).