Alain SIMON

Alain SIMON



Notre ami et collaborateur Alain Simon est décédé des suites d’une longue maladie, dans la nuit du vendredi 22 avril 2011. Les HSE venaient de publier son beau dernier recueil : Dans le bleu détruit des fenêtres (Les Hommes sans Épaules, décembre 2010) : Cheval mon ami je tiens à mes jeux mes surprises - rites de mésange et boisseau des paupières - là exactement là dans cette erreur - quand les femmes dégainent leurs seins - parlent de jouir parlent d’une tasse - et ce sera une assiette puis la mer - les femmes au parfum de naufrage bien sûr - tout est de leur fait sans être de leur faute - et la poésie en chacune d’elle construit ses arceaux - la mort en procès fait appel on dira que je fuis - avec mon athamé avec mon héritage - une simple cordelette au poignet - Ah que d’amours chiennes d’amours bêtes - ah que revienne avec ses joues de jaspe - ma fiancée première au sexe sans histoire au sexe de pétale où chaque fois plonger - mystérieusement - La mort l’entrebâiller la mort avec audace - je ne peux qu’en rêver piètre résurrection - au goût de mandarine et de pierre à fusil.

Poète, romancier et peintre, Alain Simon dit le salé, artiste singulier, esprit nomade, îlien de coeur, tatoueur de mots, poète de la femme, homme de l’amitié et de l’humour acerbe, peintre insolite, amateur de jazz, de musique baroque, de grands vins et d’alcools durs, est né le 3 avril 1947, en Bretagne, dans le Finistère. Il a suivi des études supérieures en biologie et en sciences humaines. Frère des Hommes sans Épaules, il fut aussi l’un des piliers et des principaux fers de lance du Pont de l’Épée, aux côtés de Guy Chambelland.

Au terme de cette aventure, qui sera suivie par celle du Pont sous l’Eau, Alain Simon fonda les éditions des 4 Fils, où il publia essentiellement de jeunes auteurs. Il quitta la métropole pour aller vivre à Tahiti en 1989, avec son sac de marin et sa vieille Remington. Il fut d’emblée fasciné par le monde occulte polynésien - sans doute à cause de son goût pour les arts divinatoires et le chamanisme - le mana, qui va influencer son travail.

Sur place, il se fait vite remarquer par son humour acide et son tempérament excessif, menant de front, une oeuvre polymorphe de poète, de romancier et de peintre. Coloriste, il va peaufiner la technique du pastel « augmenté » d’acrylique ou d’huile au cours d’une quinzaine d’expositions sur les thèmes de la gestation et de la magie.

Après quinze ans passés à Tahiti, il partagea son temps entre l’Île de la Réunion, la Bretagne, l’Espagne et le Portugal, avant de s’installer dans le Tarn-et-Garonne.

Lire Alain Simon est un régal, tant il raffole de choses fines, tant il exprime de sentiments rares en bateleur d’un coeur énorme et marmiton de nos magies, en faisant fusionner, grosso modo, les sortilèges du surréalisme et l’écriture du quotidien. Son prétendu dandysme était une pudeur, dont il s’est pour partie défroqué avec le temps ; sa préciosité une recherche esthétique, une quête du Graal, dont il s’est grandement rapproché depuis quelques livres ; son sens du pittoresque, du nanan enrobé de feinte désinvolture. Mais quelle puissance lyrique chez cet ermite ambivalent ! Et quel sens de l’image !

L’écriture de Simon, poète aux yeux d’îles en flammes, est l’une des plus pertinentes de sa génération.

Alain Simon a collaboré régulièrement aux HSE, publiant poèmes et articles.

Christophe DAUPHIN

(Revue Les Hommes sans Épaules).


À lire : Etat du coeur (éd. Saint-Germain-des-Prés, 1971), Déhiscence lasse (éd. Saint-Germain-des-Prés, 1973), Rien le poète (éd. Chambelland, 1974), La Fille en gouache (éd. Chambelland, 1976), Cérémonies nerveuses (éd. Chambelland, 1977), Les Virtuoses (Le Pont de l’Épée, 1978), Chérubin (Les 4 fils, 1985), Sœur, gymnaste (Le Pont sous l’Eau, 1988), Tahiti convoitise (H.C. Polytram, 1995), Tatoueuse Étrange (H.C. Polytram, 1998), Délire à la Cook (Polytram, 1999), Tabu mon royaume (éd. Librairie-Galerie Racine, 2002), Natale ou la Chinoise esseulée (Le Pas de la Colombe, 2004), Aina le mythomane (Le Pas de la Colombe, 2005), Avec Bertile dans la moiteur (Le Pas de la Colombe, 2006), Marottes d’un îlien privilégié (Le Pas de la Colombe, 2007), Drapés minute (Le Pas de la Colombe, 2008), Dans le bleu détruit des fenêtres (Les Hommes sans Épaules, 2010), Le Peigne dense (éditions de l'Atlantique, 2011), Tristes garçons, la mer & 17 poèmes tahitiens (Les Hommes sans Épaules, 2012).

Le Blog d'Alain Simon: http://alainsimon.net/



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules




Numéro spécial : Hommage à GUY CHAMBELLAND n° 7

René DEPESTRE, Roger KOWALSKI, les éditions GUY CHAMBELLAND n° 10

Patrice CAUDA, Gaston PUEL, Jean-Pierre DUPREY n° 11




Numéro Spécial GUY CHAMBELLAND POETE DE L'EMOTION n° 21

Dossier : JACQUES BERTIN, le poète du chant permanent n° 26

Dossier : ATTILA JÓZSEF et la poésie magyare n° 27



 
Dossier : DIVERS ÉTATS DU LOINTAIN n° 34

Dossier: ROGER KOWALSKI, A L'OISEAU, A LA MISERICORDE n° 38

Publié(e) dans le catalogue des Hommes sans épaules


 
Dans le bleu détruit des fenêtres