Alain PIOLOT

Alain PIOLOT



Alain Piolot est né à Marrakech en 1946. Etudes en Bretagne, au Cameroun. Maîtrise d'Histoire à Brest. Coopération en Côte d'Ivoire. Retour en France en 1977, d'abord en région parisienne, puis près de Lyon, où il vit actuellement. Poète avant tout, Alain Piolot a également écrit pour le théâtre.

 "Alain Piolot se place au milieu du paysage et note ce qu’il observe du « quotidien irréversible ». Il note au plus simple. Un don tremblé. Refus du clinquant verbal et des embardées intellectualistes. Il fait exulter la vie verte, l’arbre symbole et davantage, la forêt, la promenade animiste. « Le sang, intact, coule en paradis. » « Des buissons au ciel », l’homme se sent « toléré »... Comment dire encore ? Les ancêtres et les morts sont intégrés à la joie d’être ici, joie non sans soucis, mais finalement convaincante, entraînante. Dans ce lyrisme essentiellement végétal, le mystère s’écrit. " Jean BRETON

 "Rien moins que justification ou commentaire se voudront ces quelques lignes. L’œuvre d’Alain Piolot se suffit en effet à elle-même et les commodités du métalangage ne sauraient que la desservir. A-t-on jamais expliqué une liturgie ? On se contente d’en vivre le déroulement, d’en noter les actes et les formules, de privilégier les moments d’intense émotion qu’elle suscite. Ainsi parcourra-t-on Le Chemin rouge à travers une Afrique tendue entre mythe et réalité. Ainsi trouvera-t-on, au-delà de l’humilité et de la fidélité inhérente à l’homme qui interroge son propre destin poétique, la sacralisation du dieu affranchi des servitudes terrestres. Périple à la fois lumineux et dépouillé où toute marche devient danse, toute danse initiation, c’est au poète qu’il appartient d’en évaluer les méandres, d’en prolonger les perspectives et les rythmes. Lui qui sait – ou qui devine – que tout excès de langage risque de dissiper le sortilège d’un monde vécu tout en le rêvant." Jacques GASC

A lire : L'oiseau d'encre (Éd. La Licorne, 2012), Passage d'hommes (Éd. Henry/Ecrits des Forges, 2010), Départ de feu (Éd. Le roseau, 2009), Devenir (Éd. Jean-Pierre Huguet, 2005), L'écharpe rose (Éd. Jean-Pierre Huguet, 2003), L'œil même (Éd. Jean-Pierre Huguet, 2003), Le chemin rouge (Éd. Jean-Pierre Huguet, 2002), Itinéraire (Éd. M.T., 2000), L'arbre de sang (Éd. St. Germain-des-Prés, 1980).



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules


 
Dossier : POÈTES NORVÉGIENS CONTEMPORAINS n° 35